• Platanes octobre 2012

    La Noria observe et critique quand besoin est.

    Mais elle se doit aussi d’être force de propositions.

     

    La question de l’eau

    Le projet de construction d’un nouveau réservoir est un investissement lourd qui vise avant tout à maîtriser la distribution, à en élargir le périmètre, à anticiper sur les besoins futurs. Mais le projet présenté ne prend nullement en compte la question de l’approvisionnement en eau.

    Or, il nous faut considérer l’eau comme une ressource à cumuler et à préserver.

    Pourquoi ne pas profiter de ce lourd investissement pour s’engager dans une gestion  à la fois durable, économique et solidaire de la ressource en eau ?

    Des failles dans le dossier peuvent être repérées, telle  la non-sécurisation de l’alimentation en eau potable qui nécessitera des investissements supplémentaires pour être corrigée ou  encore un silence étrange sur les périmètres qui seront concernés par la nouvelle emprise.
    Attention au contenant sans contenu ! 

    Par ailleurs, sans rapport direct immédiat, notons cependant que la période est particulièrement sensible puisque, en application de l’article R212-6 du Code de l’environnement, les habitants de métropole et des départements d’outre-mer vont être consultés du 1er novembre 2012 au 30 avril 2013 (lien sur la circulaire) sur les futurs schémas directeurs d'aménagement et de gestion des eaux 2016-2021. Une annonce faisant connaître les dates et les modalités de la consultation, ainsi que l’adresse des sites internet où les documents sont mis à disposition, sera publiée quinze jours au moins avant le début de la consultation soit le 17 octobre au plus tard dans un journal à diffusion nationale et dans un ou plusieurs journaux régionaux diffusés dans la circonscription du bassin.
    Au cas où les divers comités citoyens oublieraient de vous en aviser, la Noria se fera un devoir de diffuser l’information
    .

    Tourisme

    Chacun constate ou déplore la moindre fréquentation de notre village en cette période d’été. Il ne suffit pas en effet de mettre à disposition un camping, une piscine, des courts de tennis et un grand nombre de repas festifs, même s'ils sont fédérateurs de liens. Les temps ont changé. Les touristes recherchent d’autres prestations.

    Pour remédier à cette situation, malgré la crise et le mauvais temps, pourquoi ne pas mieux se placer en complémentarité dans le cadre du Pays ? Ne serait-il pas temps d’ouvrir un débat sur l’opportunité et la faisabilité d’une politique comme axe de développement ?
    Soyons imaginatifs ! Ne nous contentons pas de répéter à l’infini les recettes du passé !

    Vie solidaire

    Comment favoriser l’implication d’un grand nombre d’habitants et de résidents occasionnels à la vie du village ? En ouvrant les activités sous un pavillon neutre et non celui d’une obédience particulière. Ainsi les Journées dites de solidarité ne doivent pas donner lieu à pointage des participants. La liberté de choix de chacun doit être préservée.
    Se garder d’instaurer la peur, la crainte chez les citoyens, politiquement actifs, mais non inféodés à la mairie en place.