• Janvier 2011 - Don Quichotte

     Notre beau village a connu bien des moulins, à blé ou à huile.

    Nous sommes nombreux à actionner de petits moulins à poivre ou peut-être encore à café ! Ce sont des moulins que l’on dénomme d’après leur mouture ou d’après ce qu’ils produisent. Le plus étonnant  aujourd’hui à Durban, est que nous en avons un d’un genre très particulier : il ne produit rien, sinon du vent. Un vent insidieux qui souffle en bourrasques des inepties éculées ; un vent qui se nourrit de lui-même : les mensonges les plus évidents, à force d’être maintes fois réaffirmés, finissent par gagner une allure de vérité, « la répétition fixant la notion » ; un vent qui déplace de l’air sans dégager l’horizon, bref un vent sans inspiration car il manque du souffle généreux qui féconde la pensée.

    Face à ce bavardage incessant, répétitif et épuisant, faisons vivre notre noria, celle qui « fait tourner des informations utiles sur le devenir de notre village, trace des perspectives pour élever le débat et créer, entre nous, une dynamique solidaire » et positive. Elle seule est gage d’avenir.

    Faut-il se battre contre de tels moulins qui, au lieu d’activer la pensée, l’assèchent.

    Qu’en penserait Don Quichotte ? 

     

    Janvier 2011 - Don Quichotte